Aller au contenu principal
Votre navigateur est obsolète. En conséquence, ce site sera consultable mais de manière moins optimale qu'avec un navigateur récent.
> Mettre à jour son navigateur maintenant.

jeu. 13 févr.

Cocoon

+ molto morbidi

Tarif sur place : 25€
LES SAULNIÈRES Placement libre
Organisé par : SUPERFORMA
en accord avec Corida

Cocoon

En presque 15 ans, Cocoon s'est paisiblement installé dans le paysage français. Influence reconnue sur toute une scène pop-folk, habitué des BO de films ou de publicités, médaillé de multiples disque d'or et de platine, le groupe fondé par Mark Daumail sort son quatrième album, Woodfire, à l’automne prochain. D'un ton pop affirmé, assumé, cet album fait suite à My friends all died in a plane crash (2007), Where the Oceans end (2010) et Welcome Home (2016).

Pour ce nouvel album, Mark Daumail a beaucoup voyagé, de la Californie à la Toscane, en passant par Israël et la Norvège. Il aurait pu se contenter du savoir faire établi, il a bousculé ses habitudes, partagé l'écriture des textes, inclut des sonorités qu'il n'aurait pas envisagé il y a quelques années. Il a offert à sa pop toutes les humeurs et couleurs possibles, du noir au bleu radieux.

molto morbidi

Après des débuts aussi remarquables que remarqués au sein du groupe Shadow Motel, voici les premiers pas en solo de leur chanteuse, sous le nom molto morbidi. Plus intimiste que jamais, c’est en transformant sa chambre en laboratoire lo-fi que ce premier EP « I Don’t Know What I’m Doing » a vu le jour. Ainsi débarrassée de toutes contraintes, la magie opère de manière inouïe. Les mélodies sont sucrées, jumelées à des boites à rythme primitives et la voix pleine de grâce est toujours particulièrement émoustillante. Il en résulte cinq vignettes parfaitement pop, aux accents aussi exotiques qu’oniriques, à la frontière du post punk et de la synthwave. La production toute en subtilité est signée par le chicagoans Carl Saff que l’on peut retrouver sur les disques de Scout Niblett, Real Estate, ou encore Thee Oh Sees. Le tout évoque ainsi sans rougir, le meilleur de Mazzy Star, Beach House, ou plus récemment les Insecure Men.