Aller au contenu principal
Gratuit

mar. 15 jeu. 17 févr.

Workshop Décibels

À destination des lycéen.ne.s musicien.ne.s

Du 15 au 17 février, de 10h à 17h
Organisé par : SUPERFORMA

Décibels, la résidence des lycéen.ne.s musicien.ne.s !

Superforma recherche des lycéen.ne.s sarthois.e.s ayant une pratique instrumentale et désirant participer à une expérience collective. Trois jours pour créer une ou plusieurs œuvres originales et les jouer en live sur la scène de l'Alambik/MJC Ronceray.

Encadré par des musiciens professionnels, l'objectif c'est de jouer et de jouer ensemble !

Le planning

  • Workshop – du 15 au 17 février 2022 à l’Alambik/MJC Ronceray
  • Concert Décibels le vendredi 18 février 2022 à l’Alambik

Le profil recherché

Élève ayant une pratique musicale : chant, instrument, DJ , MAO. Aucun niveau préalable n'est demandé, cependant, dans l'optique du concert de restitution, nous recherchons plutôt des jeunes maitrisant leur instrument.

Les intervenants

Go To The Dogs : Influencé par Marc Ribot, John Zorn ou encore Ornette Coleman, Go to the dogs ! emprunte au jazz, au rock et aux musiques improvisées pour trouver ses propres codes. Un son brut, de belles mélodies, des formes toutes chamboulées et un brin d’humour pour une musique qui décoiffe. Ce jeune quintet vient de remporter le tremplin Jazz Migration #6

Inscriptions

Information et inscription auprès de la responsable des Actions Culturelles de Superforma : Eve-Anne LESAGE : eve-anne.lesage@superforma.fr / 07 50 51 46 74 ou via ce formulaire .

Go To The Dogs

Dans leur jeune histoire, les Manceaux de Go To The Dogs ! ont déjà connu plusieurs (en)vies. Tout d’abord trio formé en 2017 autour de la guitare d’Arnaud Edel, de la basse de Samuel Foucault et de la batterie de Jean-Emmanuel Doucet, le groupe a musclé son jeu deux ans plus tard avec l’arrivée de la trompette d’Aristide d’Agostino et des saxophones de Thibaud Thiolon. Riche de leurs différences et de leurs affinités funk, folk ou rap, le quintet s’est rassemblé autour d’une saine trinité : Ornette (Coleman), (John) Zorn et Marc Ribot. Se placer sous l’égide de ces trois monuments, c’est envisager le jazz comme une matière inflammable, qui peut faire feu de tout bois : de branchages punk, de brindilles free, de bourgeons rock, de racines d’Americana ou de feuillages latins. C’est aimer les points d’exclamation, les curieux mélanges et les expressions avec le mot dog. Bref, c’est voir la musique comme une cour de re-création où l’on rit de se voir si libres.