Aller au contenu principal

ven. 26 févr.

20H00 L'OASIS

KIKESA + VSO

L'OASIS Placement libre - Assis Placement libre
Organisé par : SUPERFORMA

Compte tenu de la situation sanitaire actuelle et des nombreuses contraintes engendrées par celle-ci sur l’organisation des spectacles, Kikesa & VSO sont dans l’obligation d'annuler leurs concerts dont celui prévu à L'Oasis, le 26 février prochain.

Remboursements des billets :

  • Les billets achetés en ligne sur la billetterie Superforma sont automatiquement remboursés.
  • Pour les billets achetés sur nos guichets, nous vous invitons à nous contacter à l'adresse billetterie@superforma.fr pour connaître les modalités de remboursement.
  • Pour les billets Digitick, FNAC, Ticketmaster, nous vous invitons à vous rapprocher de votre point de vente pour obtenir le remboursement de vos places.  

Merci de votre compréhension.

 

 

 

 

 

 

Kikesa

Nouveau hippie de Nancy, Kikesa est un vrai caméléon qui passe par tous les styles : de la future bass à la trap music jusqu’aux bangers fiévreux et freestyles hip-hop.

L’histoire a démarré sur YouTube avec les DDH (Dimanches de Hippies) soit un titre dévoilé chaque semaine pendant plus d’un an. 360 000 abonnés et 42 millions de vues plus tard, Kikesa compte aujourd’hui trois mixtapes à son actif et tourne dans toute la France.

Kikesa se fait un nom et est mis en avant par Booska-P qui le comptait déjà dès le mois de janvier dernier parmi les « 11 rappeurs à suivre en 2019 ». Plus récemment, c’est Deezer qui l’approche pour lui proposer de participer au projet La Relève, compilation de jeunes talents urbains exclusivement disponible sur la plateforme de streaming.

Finalement, c’est avec Capitol Music France que Kikesa et son label Cadillac & Dinosaurs décident de s’associer pour sortir Puzzle, le tout premier album de Kikesa en octobre 2019.

VSO

VSO (prononcer vaisseau), c’est un trio de potes de Nîmes, Alien, Vinsi et Pex, déjà responsable de deux EP remarqués. Issu d’une génération décomplexée, VSO ne craignait alors pas de mêler les influences pour mieux s’élever. Hip hop, pop, électro, le brassage était libre et sauvage. Le trio cultivait les paradoxes pour se raconter sans filet, plongeait dans son intimité, entre intensité et tripes à l’air. C’était jubilatoire, dense, habité.

2020. Les années ont passé. Les concerts se sont multipliés. Les rêves se conjuguent désormais au présent. Et voilà “Adrénaline”, premier album de 18 titres, un disque très instinctif et travaillé au corps, dans lequel le groupe ne se cache toujours pas mais ouvre sur le monde. Un disque qui chante la vie, les leurs et les nôtres, sans mythomanie ni paillettes, à la sincérité désarmante.